Présentation

Ceci est mon premier billet de blog sur ce site. J’ai déjà pratiqué le blogging, mais dans un tout autre contexte. Je suis une future doctorante (mon inscription est en cours). Ma thèse a pour titre : Éléments pour une sociopoétique du reportage littéraire de guerre : Saint Exupéry et la guerre civile espagnole. Je vais donc commencer par expliquer mon sujet, et quelques éléments de démarche et de méthodologie.

Je m’intéresse depuis très longtemps à l’oeuvre de Saint Exupéry (Tonio pour les intimes), et plus particulièrement, à la problématique du langage dans ses écrits, et surtout dans ses écrits personnels. En master, j’avais commencé à travailler sur ses écrits journalistiques relatifs à la guerre civile espagnole, et plus précisément sur le reportage de l’été 1936. Tonio résume dans une lettre à sa maîtresse, Nelly de Vogüé, sa méthode de travail : « Je ne sais pas écrire, je ne sais que corriger  » ( Oeuvres complètes , tome 2, La Pléiade, 1999, p.969). Ses éditeurs ne cessent de le harceler pour qu’il leur remette ses textes, et même après les avoir remis, il envoie lettre sur lettre pour demander d’ultimes modifications. Il me paraissait donc curieux qu’un écrivain qui avait autant de mal à finir et à rendre son travail puisse se transformer en journaliste dictant au téléphone chaque soir le texte à paraître dans l’édition du lendemain. Ma préoccupation de départ était plutôt stylistique : y a-t-il une nette différence entre les textes écrits en quelques heures et ceux mûris pendant des années ? Je me doutais bien que non, pour une raison simple : ayant beaucoup lu la correspondance de Tonio (ou du moins la partie qui est accessible au commun des mortels, c’est-à-dire celle publiée par Gallimard), je voyais bien que malgré des variations de registre de langue, la phrase exupérienne travaillée ou plus bâclée, conservait des traits constants. Restait à vérifier cette intuition…sauf que, sur le chemin des reportages, j’ai croisé d’autres questions, tout aussi intéressantes, que je me suis peu à peu écartée de mon interrogation première et que j’ai finalement travaillé sur la représentation de la violence de guerre.

Pour la thèse, je garde le même sujet : les écrits journalistiques de Saint Exupéry sur la guerre civile espagnole, mais j’élargis le corpus, puisque je travaille sur tous ses textes. Il n’y en pas beaucoup, en réalité. Sauf que cette fois, ma perspective est tout autre, puisque je m’interroge sur les traits constitutifs d’un sous-genre littéraire peu étudié : le reportage de guerre littéraire. Je pars donc des textes de Tonio, que je compare à d’autres séries de textes : d’une part les textes journalistiques des autres écrivains étrangers, pour cerner les thèmes et motifs communs, et les éventuelles spécificités des uns et des autres; d’autre part les reportages des journalistes professionnels, qui n’étaient bien entendu pas tous écrivains, pour voir les spécificités des reportages littéraires (car enfin, si les journaux se donnaient la peine d’envoyer des écrivains ET des journalistes, c’est qu’on n’attendait pas du tout la même chose des uns et des autres); enfin, les autres écrits de Tonio, pour tenter de voir comment les contraintes de l’écriture journalistique sur le terrain, en temps de guerre, influençaient son écriture.

Ainsi défini, le corpus est nettement plus volumineux. Et encore, je ne m’intéresse qu’aux écrits des étrangers sur la guerre civile espagnole, pour des raisons de cohérence. Il est en effet très différent d’écrire sur son pays et d’écrire avec un regard et une appartenance extérieurs. Ensuite, les conditions d’écriture des étrangers étaient assez différentes de celles des écrivains espagnols. La barrière de la langue, pour bon nombre d’entre eux, la prise en charge par les autorités, républicaines ou nationalistes, la connaissance plus ou moins limitée de la réalité du pays, leur donnaient une toute autre perception des événements en cours. Or, un élément important de mon travail est l’articulation entre les conditions de production des textes et leur poétique : c’est l’objectif de la sociopoétique, qui se situe à la croisée des chemins entre littérature, poétique, et sociologie.

En somme, je fais une thèse pluridisciplinaire, puisqu’à la sociologie, à la littérature, et à la poétique, il faut également ajouter, contexte oblige, l’histoire. Mais aussi probablement les humanités numériques, puisque je pense utiliser un certain nombre d’outils logiciels pour appréhender ces différents textes. J’ai du pain sur la planche !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.