Corpus état zéro.

Présentation pour le goûter doctoral du mardi 3 décembre 2019.

Comme expliqué dans mon premier billet, je travaille sur le reportage littéraire de guerre relatif à la guerre civile espagnole. Mon point de départ est le corpus exupérien, qui se compose de trois séries de textes : le reportage « Espagne ensanglantée », composé de cinq reportages parus en août 1936 dans L’Intransigeant ; le reportage « Madrid » paru dans Paris-Soir en juin-juillet 1937 ; et enfin les quatre articles « La paix ou la guerre ? » parus dans Paris-Soir en octobre 1938. Ces textes sont tous disponibles aussi bien dans l’édition des œuvres complètes de La Pléiade, que sur Gallica. Contrairement au reste de l’œuvre exupérienne, ils sont libres de droits.

Ce premier tout petit corpus doit être élargi. Je voudrais présenter ici d’abord les critères d’élaboration du corpus, ensuite la méthodologie choisie pour le rassembler.

1- Les critères d’élaboration :

Le premier est thématique et chronologique  : je ne m’intéresse qu’aux reportages sur la guerre civile espagnole. De ce fait, mon corpus est limité dans le temps entre juillet 1936 et avril 1939. Ce qui m’intéresse en effet, c’est le texte écrit à chaud et télégraphié à un journal.1

Le second est linguistique : je m’intéresse aux textes des étrangers non-hispanophones. Il m’a au début semblé peu approprié de comparer la perception des faits ou l’accès à l’information d’un journaliste mexicain avec ceux d’un journaliste soviétique ou allemand.  Cependant, il apparaît très vite que ce critère n’est pas pertinent, puisque, parmi les correspondants étrangers, les journaux envoient de préférence les hispanophones, de sorte que le critère devrait être raccourci en « étrangers », qu’ils soient hispanophones ou non. La pertinence de ce critère est en rapport avec les conditions de travail et de logement des journalistes étrangers, les sociabilités associées à leur statut, et leur rapport avec les autorités civiles et militaires, républicaines ou nationalistes.

Le troisième est littéraire : pour qu’un reportage soit intégré à mon corpus, il faut que son auteur soit écrivain, c’est-à-dire qu’il ait publié des ouvrages considérés comme relevant du champ littéraire, indépendamment de son activité de journaliste. Que la postérité l’ait plus ou moins retenu en tant qu’écrivain ne m’importe pas, puisque ce qui compte pour moi, c’est sa réception par les contemporains. Ainsi, Emmanuel Bourciez, un des journalistes envoyés en même temps que Saint Exupéry, fait partie de mon corpus, même si de nos jours, personne ne le connaît ni le lit. Inversement, Bernanos n’est pas dans mon corpus, parce qu’il n’a écrit qu’un roman sur la GCE2. De même, François Mauriac, qui écrit sur la CGE depuis la France, ne fait pas non plus partie de mon corpus, puisque je travaille sur les conditions matérielles de l’écriture du reportage littéraire de guerre, donc sur les texte écrits en Espagne même.

Une fois ces différents critères définis, une difficulté apparaît immédiatement, et elle est, là encore, linguistique : comment travailler sur des textes écrits dans des langues qu’on ne maîtrise pas ? Il y a eu en Espagne des écrivains reporters allemands, suédois, hongrois, soviétiques, etc…Une première solution est de choisir de ne travailler que sur les langues que je connais (soit le français, l’espagnol, l’anglais et l’italien). Par ailleurs, j’ai vu que de nombreux reportages avaient été traduits en espagnol, ce qui pourrait m’aider, à condition de bien préciser la méthodologie de travail utilisée.

Cette interrogation linguistique posée, je me suis rendue compte que je n’avais pas pensé à interroger les journaux de langue arabe, alors même que je pourrais aisément les lire. Je vais donc m’adresser à une collègue historienne, qui a fait sa thèse sur un corpus journalistique pour voir si c’est réalisable, comment, et en combien de temps (dans mon souvenir, son corpus n’était pas numérisé, et elle avait dû attendre plus d’un an l’autorisation d’accès aux archives , hypothèse tout à fait inenvisageable pour moi).

2- La méthodologie de collecte des textes du corpus.

La seconde difficulté, elle, est d’ordre méthodologique : comment trouver ces différents écrivains-reporters ? Je bénéficie pour cela d’une abondante documentation. En effet, la recherche espagnole a recensé les correspondants étrangers, et une exposition leur a été consacrée. Le catalogue de l’exposition donne une liste de 54 noms (voire plus, certains sont à vérifier), et c’est de cette liste que je pars. Néanmoins, elle est incomplète, comme j’ai pu m’en rendre compte en la comparant avec celle des écrivains-reporters de L’Intransigeant établie dans mon mémoire de M23, et celle de l’article de Paul Aron sur les écrivains belges et la GCE4. Elle peut malgré tout, servir de point de départ, et être améliorée en la croisant avec la liste des journaux. 

 Une autre source est la liste des participants au congrès des écrivains de Valence en 1937, événement bien documenté du côté tant français qu’espagnol, où on trouve cependant essentiellement des écrivains, et pas forcément des écrivains-reporters. Pour l’instant, je n’ai pas encore consulté cette liste.Je la complèterai sans doute, pour la France, par l’utilisation de Gallica et de Retronews5.

Pour les autres pays, il me faudra sans doute demander à des chercheuses et chercheurs quels outils ou quelles bases de données recensent les journaux de cette période, et me faire guider pour les explorer. Dans mon labo à Clermont-Ferrand, il y a des anglicistes, des italianisant.e.s, des germanistes et des lusophones. Il me reste donc à chercher les personnes ressources pour les autres langues de mon corpus.

Dernières questions relatives au corpus : quels renseignements collecter sur chaque entrée de mon corpus (journalistes, textes, journaux) et comment les présenter? Je me doute bien qu’il me faudra constituer une base de données mais ne sais absolument pas comment m’y prendre. Pour l’instant, je vais donc me contenter de faire des fiches toutes simples, et je verrai par la suite comment structurer la présentation de l’information des différentes fiches, et créer des liens entre elles. Un modèle dont je pense m’inspirer est celui de Julia Ribeiro Thomaz, que je suis sur Twitter et dont la thèse porte sur les poètes de la Première Guerre Mondiale.6.

Donc, pour l’instant, trois mois après mon inscription, je n’ai aucune idée de la taille de mon corpus, une toute petite idée des sources qui me permettront de trouver les textes le constituant, et une idée encore vague du type d’informations que je dois collecter sur les auteurs de mon corpus, ainsi que sur les journaux dans lesquels sont publiés leurs textes.

  1. Cependant, se pose aussi la question des articles, c’est-à-dire de textes écrits en un peu plus de temps, et pour lesquels il y a un décalage plus important entre la narration et les événements narrés. Pour l’instant, je ne les retiens que si ce décalage ne dépasse pas les limites temporelles de la guerre civile. []
  2. Guerre civile espagnole. Parler de « guerre d’Espagne » est moins précis. []
  3. Qui n’est pas encore en ligne, mais le sera bientôt []
  4. Aron Paul. La Guerre civile en Espagne et les écrivains belges francophones : étapes d’une réception littéraire. In: Revue belge de philologie et d’histoire, tome 65, fasc. 3, 1987. Langues et littératures modernes – Moderne taal- en letterkunde. pp. 581-603. DOI : https://doi.org/10.3406/rbph.1987.3597 www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_1987_num_65_3_3597 []
  5. Je m’y suis abonnée en septembre 2019. []
  6. Merci à elle pour le partage. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.