Cotutelle…double peine?

Ma directrice de thèse m’a, dès le départ, suggéré de m’inscrire en cotutelle, et je dois bien avouer que je n’étais pas particulièrement motivée. Il faut dire que tout le monde m’avait prévenue : la cotutelle internationale ne simplifie pas la vie. Mais alors, à quoi bon?

La cotutelle internationale a les avantages suivants :

  • On obtient un double diplôme, ce qui évite d’avoir à passer par les procédures d’équivalence, si contraignantes et lentes en Tunisie.
  • On appartient à deux institutions, et on peut donc demander des aides financières de l’une et de l’autre. Ce qui est d’autant plus utile que les deux ont des budgets très limités.
  • Dans le cas de ma convention de cotutelle, je règle les frais de scolarité en alternance dans chaque établissement. De sorte que je règle deux années à Clermont, et une à Tunis (où, en tant qu’enseignante, je suis dispensée de frais) : ce qui représente 760 euros d’économie (ou, plus exactement, 760 euros pour payer les billets d’avion) . Par contre, la CVEC est à régler annuellement à Clermont.
  • On a des facilités pour organiser les séjours dans le pays où on ne vit pas.
  • On bénéficie d’un double encadrement, ce qui, pour une thèse pluridisciplinaire, est bien pratique. Dans mon cas, mon directeur tunisien est historien, spécialiste d’histoire militaire, tandis que ma directrice française est littéraire, spécialiste de sociopoétique.
  • On appartient à deux laboratoires différents, ce qui donne une plus grande ouverture d’esprit, oblige à participer à plus de manifestations scientifiques, et permet de connaître beaucoup plus de monde.
  • On a accès aux travaux en cours dans deux pays différents, ce qui enrichit la bibliographie et la recherche. Par contre, cela oblige à travailler encore plus, parce qu’il faut éplucher énormément de ressources documentaires. Et qu’ici, à Tunis, toutes les institutions n’ont pas des catalogues informatisés à jour, et que, dans certains établissements, on en est encore aux boîtes à fiches cartonnées.
  • Enfin, dans mon cas, comme je ne peux que rarement aller à Clermont, parce que je travaille à temps plein, avoir un directeur proche géographiquement et accessible est un grand confort – et un réconfort aussi dans les moments difficiles.

La contrepartie est évidemment à la hauteur :

Il faut s’inscrire dans les deux établissements, soit quatre inscriptions : deux pédagogiques et deux administratives, avec les contraintes spécifiques à chaque établissement. Pour l’instant, si mon inscription est bien validée à Clermont, où j’ai accès à mon ENT, il me reste la convention de cotutelle, qui doit être signée à Tunis par moi-même, mon directeur de recherche, le directeur de l’école doctorale, le doyen de la faculté, et la rectrice de l’université. Actuellement, il me manque les deux dernières signatures. Une fois la convention signée par toutes les parties tunisiennes, elle sera envoyée à Clermont pour signature, par les mêmes parties, et réexpédiée à Tunis. Ce n’est qu’à ce moment-là que mes inscriptions administratives seront enfin terminées. Au rythme où vont les choses, cela va prendre quelques semaines encore. Heureusement, la procédure est très compliquée la première année seulement : après, c’est un simple renouvellement.

D’autre part, et je pense que c’est le plus délicat, mais aussi le plus enrichissant, je dois systématiquement communiquer tout ce que je fais à ma directrice et à mon directeur. De même, je dois rendre mes rapports et comptes-rendus aux deux laboratoires, et adapter mon propos à deux interlocuteurs qui n’ont pas du tout les mêmes centres d’intérêt, les mêmes outils de travail, ni la même méthodologie. Ce qui fait que je suis doublement critiquée. Je l’ai bien vu dès le rapport de thèse, dans lequel ce qui paraissait correct pour ma directrice n’était pas suffisamment clair pour mon directeur. Il était d’ailleurs beaucoup plus critique par rapport à la taille de mon corpus : les historiens ont l’habitude de corpus bien plus étendus que les littéraires, de sorte que sa première question a été : “Mais tu vas pouvoir faire une thèse entière avec un si petit corpus? ” Depuis, il a compris la spécificité de ma démarche.

Dernière précision : dans une cotutelle internationale de thèse, on doit choisir dès le début le lieu de la soutenance. Pour moi, ce sera Clermont.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.