Cotutelle…double peine ?

Ceci est la mise à jour, le 14 mars 2021, d’un billet précédemment mis en ligne le premier décembre 2019.

Ma directrice de thèse m’a, dès le départ, suggéré de m’inscrire en cotutelle, et je dois bien avouer que je n’étais pas particulièrement motivée. Je présente dans ce billet les apports et les contraintes de ce type particulier de thèse, pour aider les personnes qui seraient tentées à faire leur choix.

La cotutelle internationale a les avantages suivants :

– On obtient un double diplôme, et on peut ainsi postuler dans deux pays différents : avec l’actuelle crise du recrutement dans l’ESR, c’est un atout non négligeable.

– On appartient à deux institutions, et on peut donc demander des aides financières de l’une et de l’autre. Ce qui est d’autant plus utile que les budgets sont en ce moment à la baisse un peu partout.

– Dans le cas de ma convention de cotutelle, je règle les frais de scolarité en alternance dans chaque établissement, et la CVEC est à régler annuellement à Clermont. Le coût des frais est ainsi pour moi inférieur à celui d’une thèse ordinaire (les frais en Tunisie étant bien moins élevés).

– On bénéficie d’un double encadrement, ce qui, pour une thèse pluridisciplinaire, est bien pratique. Dans mon cas, mon directeur tunisien est historien, spécialiste d’histoire militaire, tandis que ma directrice française est littéraire, spécialiste de sociopoétique.

– On appartient à deux laboratoires différents, ce qui donne une plus grande ouverture d’esprit, oblige à participer à plus de manifestations scientifiques, et permet de connaître beaucoup plus de monde. La création d’un important réseau est ainsi simplifiée.

– On a accès aux travaux en cours dans deux pays différents, ce qui enrichit la bibliographie et la recherche. Bien évidemment, cela augmente d’autant la charge de travail relative à la recherche documentaire et à la veille documentaire.

– Enfin, pour les gens qui, comme moi, travaillent à temps plein et ne peuvent se déplacer aisément, avoir un directeur proche géographiquement et accessible est un grand confort – et un réconfort aussi dans les moments difficiles. C’est d’autant plus vrai depuis le début de la pandémie.

En contrepartie, il faut tenir compte des points suivants :

– Il faut s’inscrire dans les deux établissements, soit quatre inscriptions annuelles : deux pédagogiques et deux administratives, avec les contraintes spécifiques à chaque établissement. De plus, il faut faire signer dans les deux institutions une convention de cotutelle : cela m’a pris plus d’un an, entre les désaccords sur des points précis de la convention, des erreurs d’aiguillage entre les services de l’administration de mon université tunisienne, et la pandémie.

– D’autre part, et je pense que c’est le plus délicat, mais aussi le plus enrichissant, on doit systématiquement communiquer tout ce qu’on fait à ses DR. De même, on doit rendre ses rapports et comptes-rendus aux deux laboratoires, et adapter son propos à deux interlocuteurs qui n’ont pas forcément les mêmes centres d’intérêt, les mêmes outils de travail, ni la même méthodologie. Il faut donc se préparer à être doublement critiqué·e, ce qui implique plus de réécritures et de remises en question.

– Enfin, le lieu de la soutenance étant choisi dès le début (dans mon cas, ce sera Clermont), la constitution du jury est différente de celle d’une thèse ordinaire : il faut, en plus des DR, au moins un membre de chaque université, et le jury est donc plus nombreux, ce qui nécessite plus de démarches pour le réunir. Il faut aussi tenir compte des délais de chaque université, faire un double dépôt et prévoir plus d’exemplaires de la thèse.

Pour résumer, je dirais qu’arrivée à la moitié de ma deuxième année de thèse, je recommande fortement la cotutelle internationale, et remercie ma DR de m’avoir poussée dans cette voie difficile mais enrichissante.

Umberto Eco: Comment écrire sa thèse.

Depuis le confinement, je peux participer, depuis mon domicile tunisien, aux séances du séminaire des doctorant·es ou WIP (Work In Progress) de mon labo clermontois (le CELIS). Ce sont des rencontres mensuelles où on échange autour de l’avancement de ses travaux, des difficultés que l’on rencontre, et des ressources dont on dispose ou dont on souhaiterait disposer. À la séance de janvier, K., une doctorante en tout début de thèse sur un sujet passionnant mais très (trop?) riche, avait exprimé ses angoisses : elle lisait beaucoup, et plus elle lisait plus elle avait l’impression que les choses, loin de se clarifier, se compliquaient. Elle se demandait donc comment faire pour s’y retrouver. J’avais de mon côté présenté une petite réflexion sur le document exigé par ma DR pour le 12 février : « l’introduction martyre ». Destiné à être réécrit un grand nombre de fois tout au long de l’avancement de la thèse, ce premier jet est néanmoins fort utile. Lorsque ma DR m’en avait parlé, j’avais immédiatement pensé à un ouvrage de méthodologie lu pendant l’été : celui d’Umberto Eco, sur l’art de la thèse1. J’ai donc relu le livre, et présente dans ce billet quelques réflexions sur ces deux lectures et leur articulation.

Pour mon master, j’avais lu deux ouvrages de méthodologie de la recherche : celui de Jean-Claude Roubeyran2 et celui de Michel Beaud3 J’avais noté qu’Umberto Eco en avait lui aussi écrit un, mais je n’avais pas réussi à me le procurer. Il m’a fallu attendre l’été 2020 pour en obtenir une version électronique. Ma première lecture a donc été une lecture passive. Lire de façon passive, c’est lire un texte parce qu’on nous l’a recommandé, parce que l’auteur est connu, parce qu’on l’a trouvé dans une bibliographie, parce que le titre nous interpelle ou encore parce que que nous pensons que cette lecture va nous apporter quelque chose. C’est lire comme on part à l’aventure, sans projet précis. C’est explorer sans itinéraire, jeter son filet sans savoir si le coin est poissonneux et le courant propice. C’est une forme de lecture indispensable, surtout en début de thèse, mais qui devient assez rapidement contre-productive. En effet, comme le disait K., plus on lit de cette manière, plus de nouvelles routes se présentent à nous, de nouveaux sentiers, de nouveaux paysages. C’est tentant, mais chronophage. À trop explorer les chemins de traverse, on se retrouve à faire la thèse buissonnière.

Cette première lecture passive était agréable. Je découvrais la plume d’Eco en rédacteur d’un ouvrage de méthodologie, je notais des conseils assez différents de ceux que je connaissais, j’appréciais la verve et l’humour de l’auteur. J’avais entre autres appris comment éviter de se faire exploiter par son DR4 ; la bonne méthode pour faire en temps limité et sans Internet une recherche en bibliothèque ; le rôle et l’utilité des renvois internes et des notes de bas de page ; les dix règles pour les citations ; les bons usages de l’humilité scientifique et de la fierté scientifique.

Cependant, cette lecture n’était pas pleinement efficace. Elle m’a permis de découvrir l’ouvrage, mais non de me l’approprier. En effet, je n’ai pas été capable, à ce moment-là, d’accepter de changer de façon de procéder, et de mettre en application les conseils les plus pertinents du livre : l’utilisation de la table des matières comme hypothèse de travail et la rédaction de l’esquisse de l’introduction au début de la thèse. Il m’a fallu les échéances du WIP et de la rédaction de l’introduction martyre pour passer à une lecture active. Lire de façon active, c’est lire avec un projet précis en tête (deux en l’occurrence), parce qu’on sait que le texte en question va directement nourrir sa propre production. C’est lire en suivant un itinéraire fixé à l’avance, en jetant un oeil rapide aux chemins de traverse, mais sans s’y engager, parce qu’on les a identifiés comme tels, et qu’on a un but à atteindre. Cherchant à écrire une introduction martyre, la démarche présentée par Eco prenait tout son sens. Contraire à la tradition française, elle m’avait semblé à la première lecture contre-intuitive et inadaptée. Pourtant, face à la nécessité de présenter un travail , c’est bien elle que je suis en train d’utiliser, et avec succès, puisque je parviens à écrire, alors que j’étais bloquée pendant plusieurs semaines. J’ai ainsi eu l’occasion de vérifier par moi-même à quel point la lecture passive seule est peu efficace, et apprécier la justesse de la recommandation des DR de passer rapidement aux lectures actives. Ceci étant posé, je présente les points qui m’ont le plus marquée de l’ouvrage d’Umberto Eco.

Une remarque linguistique : le mot « thèse » n’a pas le même sens en français et en italien. Eco parle le plus souvent de ce qui, en français, serait un mémoire de master. Cependant, tout ce qu’il dit est parfaitement applicable à la thèse de doctorat . L’ouvrage date initialement de 1985 , et, hormis quelques parties devenues obsolètes, résiste fort bien au passage du temps.

Une première différence avec les ouvrages de méthodologie précédemment lus : le réalisme et le pragmatisme d’Eco. Il est ici question d’un étudiant parfaitement ancré dans le réel. Un étudiant désargenté, qui travaille, ne dispose pas d’un capital socio-culturel important, n’a pas suivi les meilleures formations, vit dans une petite ville et ne peut que très rarement aller dans une grande bibliothèque5 . Umberto Eco enseigne la méthodologie de la recherche en prenant les étudiant·es pour ce qu’iels sont et non pour ce qu’iels devraient être. Il leur propose de faire une recherche correcte, sérieuse, scientifique, avec les moyens du bord, en tenant bien compte de toutes leurs limites. Cette honnêteté intellectuelle me plaît beaucoup.

La dimension ludique et joyeuse s’accommode fort bien de cette exigence de sérieux : comme dans ses romans, Eco manie à merveille l’humour et la plaisanterie. Il n’hésite pas à s’adresser à son lectorat, à le secouer, à le taquiner. Sous sa plume, la thèse se transforme en une stimulante aventure. Sa langue est simple, ses exemples choisis dans de très nombreuses disciplines, ses explications limpides. On est loin, très loin, de la langue managériale qui s’est glissée dans de nombreuses publications et formations relatives au doctorat, dans lesquelles faire une thèse semble se résumer à l’utilisation d’outils (numériques, le plus souvent) empruntés à la gestion de projet, avec force rétroplannings, calendriers prévisionnels, planification, diagrammes de Gantt, et bujos.6 . Chez Eco, la simplicité prime, et les petites fiches reproduites montrent à quel point la recherche est avant tout affaire de méthode, de précision et de rigueur.

Au final, je n’ai qu’un regret : ne pas avoir lu ce livre plus tôt. Cela m’aurait évité de perdre mon temps avec des ouvrages bourrés de conseils qui ne me conviennent absolument pas, et qui, au lieu de m’aider, m’ont ralentie dans ma progression, en me démoralisant. Je reprends à présent confiance en mes capacités. En plus d’être un grand chercheur, Umberto Eco est aussi un enseignant, un vrai : de celleux qui, sans se prendre au sérieux, nous rendent meilleur·es, nous font avancer, petit pas par petit pas, vers notre destination : la bonne thèse. Celle qui est finie.

  1. Umberto Eco, Comment écrire sa thèse, traduit de l’italien par Laurent Cantagrel, Milan, Bompiani, 1977-2015 et Paris, Flammarion, 2016, 296p, ISBN 9782081380516, ISBN PDF Web 782081382459. []
  2. Jean-Claude Roubeyran, Le guide de la thèse. Le guide du mémoire. Du projet à la soutenance, Paris, Maisonneuve et Larose, 1999, 248 p., ISBN 2-7068-1564-7 []
  3. Michel Beaud, en collaboration avec Magali Gravier et Alain de Tolédo, L’art de la thèse, Paris, La Découverte, Grands repères », 202 p., ISBN 978-2-7071-4794-3. []
  4. Situation vécue dans ma première thèse inachevée, et à laquelle je consacrerai un billet. []
  5. Un étudiant, car le livre n’est pas rédigé en écriture inclusive : Eco rappelle la valeur générique du masculin, employé par simple commodité de langage []
  6. Il s’agit en effet de préparer les futur·es diplômé·es à se vendre sur le marché de l’emploi dans le secteur privé, bien plus que de leur apprendre à faire de la vraie recherche, l’ESR étant de plus en plus inaccessible []

Une thèse? Et pour quoi faire?

« L’amour dans »: dans mon petit groupe de collègues et amies doctorantes, cette expression présente dans certains titres d’ouvrages ou de recherches nous sert à désigner une catégorie particulière de thèses. Des travaux le plus souvent sans originalité, sans apport scientifique, mais qui permettent à leurs auteurices, de ce côté-ci de la Méditerranée, de passer des concours de recrutement, et, pour les plus chanceux·ses, de finir par décrocher un poste à l’université.1. Thèses que personne ne lira jamais, et à raison, qui ne s’insèrent dans aucun travail de plus grande envergure, et ne font pas de leur auteurice un·e chercheur·euse. Thèses bouclées dans des délais raisonnables, par des personnes qui ne s’encombrent pas de scrupules, ne coupent pas les cheveux en trente-deux, et assomment sans vergogne les lecteurices de leur vacuité abyssale.

Soyons honnêtes : nous connaissons toustes des thèses de cette sorte. En 2018, j’en ai parcouru une qui présentait une bibliographie plus courte que celle, plutôt maigrichonne, de mon master. Aucune problématique, présentation catastrophique, état de l’art inexistant, coquilles plus nombreuses que les formes correctes. À chaque page, les mêmes questions : comment cette thèse a pu être soutenue ? Quel jury a accepté de donner le titre de docteur à la personne qui a osé présenter un tel torchon ? 2

Soyons encore plus honnêtes : beaucoup d’entre nous ont connu la tentation d’écrire une thèse « L’amour dans ». C’est vrai, c’est tellement plus facile. La thèse « L »amour dans » c’est la thèse fast-food : ingrédients de dernier choix, sauce au goût du jour, packaging coloré, et estomac qui crie famine peu après le repas. Lorsque j’entends ma collègue et amie F. nous affirmer sa volonté de faire une thèse « l’amour dans », je la comprends. Elle est agrégée et enseigne dans le supérieur, où elle et ses semblables abattent un travail pédagogique colossal pendant que certains MCF et PR s’investissent dans leur seul avancement de carrière. En remerciement, le ministère ne cesse de leur mettre la pression, les excluant des accords d’augmentation salariale, et leur faisant sentir qu’iels sont tout juste toléré·e·s dans des institutions où iels ne seraient pas légitimes, mais qui pourtant s’écrouleraient sans elleux. C’est pourquoi F. s’est lancée depuis un moment déjà dans l’aventure de la thèse. Après plusieurs années de souffrance, elle a changé de sujet, et a décidé d’avancer vite, d’écrire une page chaque jour, afin, comme elle le dit elle-même, de « pondre » vite fait une thèse en trois ans. Pour que plus personne ne lui reproche d’être simple agrégée. Pour que sa place dans l’enseignement supérieur ne soit pas remise en question. Et pour pouvoir passer à autre chose.

Seulement, une thèse « L’amour dans » n’est pas à la portée de toustes. Il faut pour cela un tempérament que F. n’a pas. Celui des gens qui ont compris le système, ne s’encombrent pas d’idéaux et s’imposent sans se remettre en question. Autant de traits de caractère que F. n’a pas. Elle est donc en train de faire, quoiqu’elle en dise, une thèse en bonne et due forme. Une vraie thèse de vraie chercheuse qui se ronge les sangs, hésite, tiraillée entre l’envie d’avancer rapidement, la culpabilité de passer moins de temps à préparer ses cours, la volonté de garder un impossible équilibre. Et c’est en pensant à elle, et à toustes ces collègues déjà en poste qui s’engagent dans l’aventure de la thèse que je m’interroge : pourquoi faire une thèse ?

Dès le début de mes études, je savais que je voulais devenir enseignante, et de préférence à l’université. À la fin de ma maîtrise, en 1994, deux choix s’offraient à moi à Tunis. Soit continuer en troisième cycle (DEA puis thèse), soit préparer le concours d’agrégation, récemment institué, qui garantissait un poste dans l’enseignement secondaire, tout en ouvrant les portes du supérieur. Le concours étant récent, personne n’avait de visibilité sur le devenir des agrégé.e.s. Mes enseignant·e·s m’avaient toustes conseillé de préparer l’agrégation (« c’est ta tournure d’esprit », « tu es faite pour ça », « avec ton niveau c’est à ta portée »). Comme de plus l’agrégation me donnait le droit de m’inscrire directement en thèse sans passer par l’étape DEA, je leur ai fait confiance, et me suis lancée. J’avoue avoir apprécié cette période de travail intense et formateur. Après des soucis de santé, j’ai passé avec succès le concours la deuxième année. Munie de ce fameux titre, j’ai commencé à chercher un·e directeurice de thèse. De fil en aiguille, j’ai atterri chez un enseignant que je ne connaissais pas, avec qui je me suis lancée en mars 1997. Pour abandonner cinq ans plus tard.3

Après cette première tentative, ce sont les aléas de la vie qui m’ont détournée de la recherche. En septembre 1997, j’avais été recrutée comme assistante universitaire. Malgré l’inachèvement de ma thèse, ma titularisation est arrivée en avril 2001. Fonctionnaire de l’État tunisien, la stabilité de l’emploi n’était plus un souci. J’aurais donc dû et pu, en toute bonne logique, me consacrer sereinement à ma thèse. Sauf que mon statut d’agrégée s’est avéré être une arme à double tranchant : certes, il m’avait permis d’être recrutée, mais il m’obligeait aussi à accepter tous les cours dont personne ne voulait, ou pour lesquels il y avait un souci temporaire (collègue en année sabbatique, par exemple), sans que ces cours aient un quelconque lien, de près ou de loin, avec mon domaine de recherche. La phrase favorite des directeurices de département, pour me confier ces cours, était: « Ah vous, les agrégé·e·s, vous savez tout faire! » Moyennant quoi, j’ai eu tous les ans, pendant plus de quinze ans, deux à trois enseignements nouveaux chaque année et des emplois du temps empêchant toute concentration sur un projet de recherche. S’y sont ajoutés de nombreux autres facteurs, plus personnels et me voici, à 49 ans, en poste depuis vingt-trois ans, et plus très loin de la retraite en train de me remettre à la recherche. Mais que diable suis-je venue faire dans cette galère?

Une première raison : l’envie d’en finir avec le poids de cette culpabilité qui me taraude depuis 2002, date à laquelle j’ai abandonné ma première thèse. Ne plus traîner ce boulet de l’échec est une puissante motivation. Puis, l’envie de renouer avec le plaisir de la recherche, d’explorer, d’approfondir, de se sentir évoluer intellectuellement. Une autre motivation, moins noble mais bien réelle, que Flaubert décrit si bien au chapitre 5 de la première partie de L’Éducation sentimentale : « Rien n’est plus humiliant comme de voir des sots réussir dans les entreprises où l’on échoue ». Cette honte à chaque soutenance de thèse « L’amour dans », à chaque promotion d’un.e collègue dont on corrige régulièrement les fautes de langue, qui bâcle ses cours et se pavane de sa réussite pendant que, pauvres tâcheron·nes, mes semblables et moi nous échinons à former les jeunes qui nous sont confiés et à gagner notre pain à la sueur de nos neurones .4 Enfin, comme F., cette envie, puissante, de passer à autre chose, de ne plus être la débutante, de ne plus avoir à se justifier (« Ah bon, tu n’as pas encore fini ta thèse, depuis tout ce temps ? »), ne plus subir les sous-entendus narquois, les accusations implicites ( « Quand même, il y en a qui sont vraiment paresseux·ses »), les menaces voilées (« Avec la réforme, certains grades et statuts vont disparaître. Celles et ceux qui n’ont pas de thèse n’ont pas leur place à l’université »). Et pouvoir enfin mener à bien les nombreuses autres recherches demeurées en suspens à cause de ce fichu doctorat. On pourrait s’étonner de ne pas me voir mentionner la traditionnelle contribution à l’édifice de la recherche, ni même le désir d’apporter quelque chose de nouveau, et encore moins la prétention à faire une thèse mémorable, qui renouvellerait l’approche du champ, ou la connaissance de l’auteur. Non que je n’y aie pas pensé. Mais ces motivations, pour stimulantes qu’elles soient, n’occupent qu’une toute petite place. Je veille en effet à empêcher ces voix de devenir ennemies, en me paralysant, et en me menant à m’interroger sur ma légitimité. Avoir attendu toutes ces années m’a fait acquérir une certaine maturité. Je n’ai plus envie de me rajouter des pressions inutiles : le système s’en charge très bien.

Un de mes livres de yoga préférés est Le Yoga pour les nuls5 , agréable découverte après deux ans de pratique du yoga Iyengar6 . Les auteurs recommandent aux débutant·e·s de pratiquer les postures « avec les membres indulgents »: en tenant compte de leurs limitations propres, sans forcer, en laissant le temps assouplir et renforcer muscles et articulations, là où dans la méthode Iyengar on exige systématiquement de toustes une tension maximale des membres à chaque posture, même si c’est douloureux. J’ai adopté cette démarche dans de nombreux domaines : au lieu d’une thèse « L’amour dans », je ferai une thèse  » avec les membres indulgents ». Sans attendre néanmoins des autres membres (ceux du jury) la moindre indulgence, mais bien un jugement objectif sur mon Enfanthèse.

  1. Je parle des dernières années du siècle précédent, et du début de celui-ci. De nos jours, la rigueur budgétaire imposée par les bailleurs des fonds a conduit à un quasi-arrêt des recrutements, de sorte que la question de la qualité des dossiers de candidature ne se pose plus. []
  2. Depuis, un compte Twitter, nommé Thèse et synthèse, a dévoilé le cas, bien pire, d’une thèse presque entièrement copiée-collée, soutenue dans une université prestigieuse et avec un jury d’éminents enseignants. []
  3. Je consacrerai ultérieurement un billet à cette première thèse. []
  4. Il y a en tunisien une très jolie expression pour désigner le fait de s’investir dans son travail et de le faire en toute conscience : on dit qu’on mérite son salaire parce qu’on l’a rendu halal, c’est-à-dire licite, moral, et non haram, qui en est l’antonyme. []
  5. Georg Feuerstein et Larry Payne, Le Yoga pour les nuls, Paris, First éditions, 2003 []
  6. Du nom de son fondateur, B.K.S Iyengar, c’est une pratique extrêmement rigoureuse et physique du yoga, qui insiste sur l’intelligence de la posture, et sur la nécessité de toujours viser la perfection []

Comment bien profiter de ses lectures : méthode de l’automne 2020

Débuter en thèse, c’est avoir une foule de lectures à faire, et ne pas toujours savoir comment en garder des traces ultérieurement exploitables . Dans ce billet, je présente la méthode mise au point après plusieurs mois, qui tient compte des erreurs commises en master, et des ouvrages de méthodologie lus. C’est la méthode de l’automne 2020, qui sera amenée à changer tout au long de la thèse, à force d’erreurs et de tâtonnements. Je vais partir d’un cas concret d’ouvrage lu : celui de Fabrice d’Almeida et Christian Delporte, intitulé Histoire des médias en France de la Grande Guerre à nos jours1.

1-Les notes de première lecture

Je commence par lire le livre, en prenant des notes, que j’appelle « notes de première lecture ». J’utilise pour cela des feuilles A4, et écris uniquement sur le recto2 . Le verso est réservé à mes commentaires. Ainsi, la paraphrase de l’ouvrage et mes réflexions personnelles sur l’ouvrage ne se mélangent pas. Le lien entre une note de lecture et un commentaire est assuré par des petits symboles ou par des nombres ou des lettres de l’alphabet : il faut rester souple dans le système de renvois, parce qu’en relisant les notes, un nouveau commentaire peut surgir, qu’on aura du mal à référencer si on a adopté un système de renvois rigide.

Il m’arrive aussi d’utiliser une autre formule, qui simplifie la question des renvois entre notes et commentaires, et que j’avais beaucoup utilisée en master. Cette fois, la page A4 est utilisée en format paysage, et divisée en deux colonnes : celle de gauche pour les notes et celle de droite pour les commentaires. Là encore, le verso de la page sert à noter des éléments supplémentaires ou un peu périphériques.

Avant les notes proprement dites, je consacre les premières pages à des renseignements d’ordre général, toujours dans le même ordre. D’abord, j’indique les références bibliographiques complètes du document. Je ne respecte pas, à cette étape du travail, une présentation standardisée, réservée à la rédaction définitive3 . Je note également la provenance du document : acheté, téléchargé, emprunté à une bibliothèque (je note dans ce cas la bibliothèque et la cote), photocopié . Je note ensuite le plan, de manière relativement abrégée s’il est très détaillé. Puis, s’il s’agit, comme ici, d’un ouvrage dont je n’ai à lire qu’une partie à lire pour la thèse, je le mentionne (toute les parties post-1939 sont pour moi hors-sujet). Je passe ensuite à la rubrique consacrée aux auteurices, ici deux universitaires français : je vais donc noter ce que je sais d’eux (en particulier où ils enseignent, quels autres ouvrages de leur plume seraient intéressants pour ma thèse, s’ils ont présents sur les réseaux sociaux, avec précision des noms de compte, et s’ils ont un blog ou un site, et leur adresse mail). Enfin, je note si ce sont pour moi des « personnes ressources ». J’appelle « personne ressource » une personne importante dans mon domaine de recherche, que j’ai donc intérêt à contacter, à suivre, et qui, éventuellement, pourrait être sollicitée pour mon jury de thèse ou invitée à la soutenance. 4 J’inclus également dans cette rubrique des renseignements sur la place de l’auteurice dans le champ de la recherche : est-iel reconnu·e, controversé·e, au centre d’un mouvement, en marge, associé·e à tel courant de pensée/domaine/école/théorie, etc. Enfin, je note dans un coin de ces premières pages, au crayon, le code couleurs de surlignement : par exemple pour cet ouvrage, j’ai les rubriques suivantes: notions clés, noms de journaux, noms de journalistes, autres noms de personnes, citations importantes de l’ouvrage et citations importantes d’autres ouvrages.

Une fois tous ces renseignements saisis, commence la véritable prise de notes. J’écris « à la louche », en alternant phrases, représentations plus graphiques, et listes. En parallèle avec la prise de notes, je surligne le document quand c’est le mien, en fonction du code couleurs retenu. Si je ne peux pas me permettre le surlignement, je mets des papillons, toujours en suivant le code couleurs précédemment défini. Dès que j’ai fini, je numérote le recto de mes pages, avant de passer à l’étape suivante.

2- La fiche actions

Lorsque la première lecture est finie, je passe à la fiche actions, dans laquelle je note, sous forme de tableau, les actions à entreprendre dans une colonne, et leur degré d’achèvement au crayon dans l’autre. Ici, il m’a semblé nécessaire d’établir une chronologie, qui prend sa place dans le dossier consacré à l’ouvrage. Pour d’autres livres, ce pourra être un répertoire d’auteurs, ou de journaux, etc, ou encore une carte mentale. Il y a d’autres actions, plus directement liées à la thèse : vérifier si Saint Exupéry était affilié au Syndicat national des Journalistes, voir le rôle des différentes agences d’information pendant la guerre civile espagnole, chercher et lire l’article de Marc Bloch cité, approfondir l’opposition entre presse anglo-saxonne et presse française, par exemple. Naturellement, toutes ces actions ne sont pas destinées à être entreprises immédiatement, certaines prennent du temps, et d’autres sont plus ponctuelles. Ainsi, tant qu’elles n’ont pas toutes été accomplies, je sais que je dois revenir à ma fiche, ce qui, mine de rien, m’oblige à réviser et relire mes notes.5 Dès lors, et même s’il reste des actions à accomplir, je passe à l’étape suivante.

3- La fiche de citations

Je reprends le document, où j’ai surligné les citations importantes, et je les intègre dans un document numérique6 . Si je n’ai pas réussi à trouver de version numérique du document, je le fais à la main (je n’ai pas encore essayé la dictée vocale, mais j’y viendrai peut-être). Si j’ai la chance d’avoir une version numérique, je fais un simple copier-coller, en rectifiant la mise en page . Dans ce cas, une difficulté subsiste : s’il s’agit d’un PDF, on a les numéros de page. S’il s’agit d’un article en ligne, on a le lien ou l’adresse URL, voire le DOI. Par contre, lorsqu’on cite à partir d’un ePub, je ne sais pas encore comment faire. Pour le moment, je note donc, en plus de la citation, la partie et la sous-partie, en espérant pouvoir, à partir de là, retrouver les citations dans la version papier.7.

4- Le compte-rendu d’appropriation

Mon compte-rendu n’est sans doute pas conventionnel, mais il me permet de m’approprier l’ouvrage8 . Idéalement, il devrait permettre, en cas de besoin, de rédiger un compte-rendu classique. J’entends par compte-rendu d’appropriation un document de longueur variable, divisé en parties, consacrées chacune à la réponse à une question :

Comment j’en suis venue à lire ce document ? Certaines lectures sont en effet le fruit d’un dépouillement bibliographique méthodique, tandis que d’autres sont plutôt le fruit de recherches moins structurées, voire de la sérendipité, grandement favorisée par Internet.

Que m’a apporté ce document ? Cette partie est divisée en trois : connaissances, réflexions et interrogations (là, je récupère et synthétise mes commentaires sur le verso des pages de notes de première lecture), ressources bibliographiques. Pour cette dernière sous-partie, plusieurs cas de figure peuvent se présenter : soit je n’ai besoin que de quelques titres, auquel cas je les ajoute à la main, soit la plus grande partie de la bibliographie est pertinente, auquel cas je photocopie ou scanne la bibliographie, et je la range dans le dossier.

Où classer ce document ? Il s’agit à la fois du classement physique (dans quel classeur, boîte d’archives, rayonnage de ma bibliothèque, physique ou numérique), et du classement thématique. Il me faut en effet distinguer la bibliographie de travail et la bibliographie de rédaction. La première comprend les ouvrages lus, qui ont nourri la réflexion, mais qui ne sont pas cités dans la thèse. Par exemple, je dois lire un certain nombre d’ouvrages d’initiation à l’histoire et à la sociologie, mais je doute d’avoir à les citer. La seconde comprend les ouvrages que je vais citer dans ma thèse. Naturellement, un document placé dans une catégorie peut en changer en cours de route, mais l’important est de pouvoir retracer ces changements, et pour cela, il faut les noter.

Avec quels autres documents ou ressources mettre en rapport ce document ? Dans cette partie, je note les documents précis ou les thèmes de documents en rapport avec le document étudié. Par exemple, ici, je sais que je dois préparer des synthèses sur la censure, la narration de la guerre, le reportage reconstitué, entre autres : je fonctionne donc par mots-clés. Lorsque je lirai un autre document traitant de ces sujets, il me sera facile de les mettre en rapport.

Dans quelle(s) subdivision(s) de la thèse insérer les apports de ce document ? Pour l’instant, je n’ai pas encore le plan de ma thèse, donc je complète cette partie au crayon. Mais je devine déjà que certains documents me seront utiles pour l’introduction, d’autres pour la justification du corpus, etc.

5- La fiche de lecture

Ma fiche de lecture est relativement courte, et, tout comme le compte-rendu, peu conventionnelle. Elle se borne à rappeler les éléments les plus importants du livre. Je la fais à la main, sur une fiche bristol, que je range ensuite dans un classeur à fiches, ou directement sur l’ordinateur, en fonction de mon humeur. Elle peut aussi prendre la forme d’une carte mentale, tout dépend de l’ouvrage. Je la fais en relisant et en synthétisant mes notes de première lecture. Je pense aussi, plus tard, en faire une version audio, histoire de réviser mes fiches plus facilement.

6- Le compte-rendu critique

C’est un petit texte que je prépare en vue d’une insertion dans une bibliographie commentée. Je pense en effet en faire une pour ma thèse. Je me dis que m’exercer à cette pratique très régulièrement me facilitera la rédaction de l’état de l’art. Je rédige le compte-rendu critique en relisant et en synthétisant mes commentaires de première lecture. Je le saisis directement sur l’ordinateur, puisqu’il a vocation à apparaître dans la thèse. Je m’inspire pour rédiger ce compte-rendu d’un petit petit document trouvé sur le site de l’université de Neuchâtel9. On y trouve un schéma directeur intéressant, précisant les points fondamentaux d’une lecture critique, auquel j’ai rajouté un dernier point :

  • la thèse principale de l’auteurice ;
  • les principaux faits décrits ou utilisés ;
  • les principaux arguments employés en vue de défendre la thèse principale ;
  • les principaux termes et concepts employés par l’auteurice et leur définition ;
  • le cadre théorique dans lequel se situe l’auteurice, les autres auteurices sur lesquels iel s’appuie ;
  • toutes les affirmations que l’auteurice demande, implicitement ou non, d’accepter sans justification ;
  • toutes les idées ou expressions ambiguës ;
  • tout ce que l’auteurice exclut de son champ ou de son corpus de manière contestable.

7- Rangement

Un document mal rangé étant un document perdu, j’ai pris le temps de réfléchir à la façon dont j’allais ranger ces documents papier. Pour l’instant, j’ai retenu une formule toute simple. Je les place dans des classeurs mensuels ou bimensuels, selon la quantité de documents correspondants. Par exemple, en juin, j’ai à peine travaillé sur ma thèse, donc le classeur est celui de juin-juillet. J’adopte le même principe pour mes dossiers numériques.

Conclusion :

Chaque document (livre ou article) étudié donne ainsi lieu à un dossier comportant six documents, plus ou moins rédigés, chacun ayant son utilité lors des différentes étapes de la thèse. Je prends le temps de soigner la présentation des documents directement utilisables dans la phase de rédaction : ce sera toujours du temps de gagné pour les derniers mois. Je vérifie surtout très minutieusement toutes les références et les citations, et indique clairement toute citation à la référence manquante. Je mentionne dans ce cas le document de départ dans la liste des documents à chercher en version papier, pour être sûre de ne pas me tromper. Cette méthode est assez longue, mais elle permet de bien assimiler les premières lectures, de pouvoir y revenir efficacement par la suite, et de disposer d’un point de départ pour la rédaction.

  1. Paris, Flammarion, 2003, Champs Université, 434 p. ISBN 2-08-083029-5 []
  2. Cette méthode est un des – trop – rares apports de mon premier directeur de thèse, avec qui l’aventure, traumatisante, s’est terminée avec mon abandon, pour de multiples raisons. J’en parlerai dans un prochain billet. []
  3. Dès que je me serai familiarisée avec le guide de présentation des références bibliographiques de la BU de l’UCA, et avec Zotero, j’automatiserai cette tâche []
  4. Je note dans un répertoire séparé les personnes ressources, et j’indique les éventuels liens tissés. L’aventure de la thèse inclut en effet la constitution d’un réseau scientifique, dans lequel on doit se faire sa place. []
  5. Je me demande d’ailleurs si je ne devrais pas transformer cette fiche actions en petites fiches bristol, ou en petits papillons, avec des rubriques ou es couleurs : par exemple « recherche documentaire », « personne à contacter », « question de recherche ». Il faudra que je teste cette formule. []
  6. Pour l’instant, j’utilise tantôt Word tantôt l’application Notes de mon Macbook, mais cela pourrait changer, si je me décide à passer à Libre Office, Scrivener ou même LaTeX []
  7. Je dispose, depuis les débuts du confinement, de très nombreuses versions en ePub de certains ouvrages, obtenus grâce à la solidarité qui s’est mise en place entre les chercheureuses sur les réseaux []
  8. Dans ma formation universitaire, personne ne m’a appris les règles de ce type d’écrit, donc j’ai improvisé toute seule, à partir de mes lectures d’ouvrages de méthodologie []
  9. Janine Dahinden, Rédaction de travaux en sciences humaines et sociales, mars 2007, URL : http://www.unine.ch/files/live/sites/maps-chaire/files/shared/documents/supports_cours/guide_redaction%20def_sme2020.pdf []

Carnet de thèse sur le reportage littéraire de guerre

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search