Thèse et travail salarié : quelques astuces

Je suis inscrite depuis la fin août 2019. Ma rentrée a eu lieu le 3 septembre, et depuis j’ai eu du mal à structurer mon temps entre l’enseignement en classes préparatoires littéraires, si prenant, et la recherche, en plus de mon quotidien de mère de famille dans une société patriarcale, avec un adolescent de seize ans et demi, âge compliqué même pour les plus sereins. Je présente dans ce billet quelques astuces d’organisation.

J’ai choisi un emploi du temps où je travaille matin et après-midi le lundi et le mardi. Je retourne au travail le mercredi après-midi, mais pas pour enseigner : j’anime un atelier de traduction où ma tâche est plutôt de coordonner le travail du groupe. Mercredi matin, je mets en ordre les cours de la semaine, corrige les copies, prépare les documents à imprimer et à photocopier, mets à jour mes listes et mon planning. Ainsi, ma semaine de chercheuse commence jeudi, et je m’interdis, à partir de ce moment, toute activité en rapport avec l’enseignement, à part bien entendu certaines réunions de coordination (heureusement, assez rares : l’équipe est rodée et soudée, et l’essentiel du travail se fait sur les temps de pause ou les déjeuners, éventuellement complété par mail ou chat sur WhatsApp ou Messenger. Seules dérogations à cette règle : les mails des étudiant.e.s, auxquels je réponds dans la journée, et certains événements (rassemblements, manifestations, sit-ins, pour défendre des droits fondamentaux). J’ai donc entre trois jours et demi et quatre jours pleins pour la recherche, selon que je m’offre une demi-journée le week-end ou pas).

Pour tenir cette organisation, il m’a fallu, avant l’inscription en thèse, pendant l’été, préparer la majorité de mes cours, de sorte que chaque semaine, je n’ai plus beaucoup de préparations. Il me faut aussi, et c’est un défi quotidien, résister à la tentation d’en rajouter, de perfectionner pendant des heures un exposé, un document, d’aller encore chercher des références, des exemples, de vouloir enrichir en permanence les contenus pédagogiques que je propose aux étudiant.e.s, de viser encore une petite amélioration de mon travail. C’est difficile, mais je n’ai pas le choix. Pendant des années, je n’ai pas réussi à me tenir à cette règle : aucune recherche possible. Le plus dur au début, ce sont les scrupules, la peur de voir les étudiant.e.s échouer par ma faute, et c’est là encore une peur récurrente chez moi, sur laquelle je reviendrai dans un prochain billet. Heureusement, les premières évaluations sont bonnes : les étudiant.e.s ont certes beaucoup de lacunes, mais travaillent dans la bonne humeur, l’ambiance en cours est excellente, et je pense que les progrès viendront dans quelques temps.

Autre astuce : après des années passées à me forcer, j’ai appris à connaître précisément mes besoins physiques, et à en tenir compte. Par exemple, j’ai besoin d’air pur, et supporte difficilement de passer une journée entière enfermée en bibliothèque. Donc, dès que la météo le permet, (et elle est clémente en ce moment, avec le réchauffement climatique ), je m’installe dehors pour travailler, quitte à ne pas utiliser l’ordinateur si la luminosité est trop forte. De même, j’ai besoin d’activité physique, faute de quoi je suis totalement inefficace: je sais donc qu’il me faut placer dans l’agenda une séance de sport quotidienne, soit le matin, soit le soir, à l’exception du lundi où, après mes huit heures de cours, je n’ai plus du tout d’énergie. Dans le même ordre d’idées, si je sens que j’ai besoin d’une micro-sieste de trois à quatre minutes, d’un petit somme de quinze minutes, voire d’une vraie sieste de près d’une heure, j’essaie de la faire sans me poser de questions. Loin d’être perdu pour la thèse, ce temps est gagné.

D’autre part, je me suis aperçue que, contrairement au discours dominant, je ne dois pas trop planifier mes semaines et mes séances de travail, et encore moins faire des “to-do lists”. Pour au moins quatre raisons. Un, c’est chronophage, et ce temps établi à faire la liste (donc à préparer l’action), est pris sur l’action elle-même. Deux: on a toujours les yeux plus gros que le ventre, et on se retrouve régulièrement avec une liste et un planning infaisables qui ne produisent que de la culpabilité et de la frustration. Trois : le planning le plus rigoureux sera régulièrement chamboulé par des imprévus. Quatre : les tâches se reconstituent sans cesse, et il peut être décourageant de se dire qu’on a beau travailler, la montagne ne diminue pas. Mieux vaut donc, pour sa sérénité d’esprit, planifier a minima (noter sur un agenda basique les échéances et les rendez-vous les plus importants), et fonctionner au hasard, à l’instinct et à l’inspiration pour tout le reste. J’applique depuis peu cette même technique d’improvisation dans mes entraînements sportifs, et c’est plutôt efficace.

Cependant, il m’arrive de ressentir le besoin de planifier une journée ou de faire des to-do lists. Je m’inspire alors d’une technique trouvée il y a longtemps dans un livre sur la gestion du temps1. Il s’agit de diviser ses activités en trois : pratico, primo et perso. Pratico : c’est tout ce que l’on doit faire et qui n’est pas en relation directe avec le travail. Dans mon cas, c’est le transport des enfants (en covoiturage, heureusement), les courses, les rendez-vous divers, les factures, la cuisine, le ménage, etc : la charge mentale, en somme. Primo : c’est ce qui est en relation avec le travail, donc pour moi, avec l’enseignement et avec la thèse. Enfin, perso, c’est ce que l’on fait pour soi : sport, pratiques artistiques et/ou spirituelles, loisirs, sorties avec les amies, journal intime, bricolage, etc. Cette année, c’est le sport (course à pied, vélo et natation), la danse, l’écriture, le cinéma, Netflix et la lecture (uniquement pour le plaisir). Ces trois domaines étant définis, on se fixe par jour un maximum de trois tâches/activités par domaine. Soit par exemple : faire les courses, laver la voiture, et passer au pressing pour la partie pratico ; corriger un paquet de copies, imprimer un document, lire un article pour le primo ; aller nager, prendre un café en terrasse au soleil, lire un chapitre de roman pour le perso. Trois tâches, cela peut sembler peu, mais en réalité, c’est déjà beaucoup, et il faut veiller à équilibrer entre les trois domaines, pour ne pas mettre le même jour des tâches trop chronophages. Pour cela, j’utilise l’astuce que donne Johanna Daniel dans son article du blog Isidore et Ganesh2. Pratique, efficace, et agréable à utiliser quand, comme moi, on aime bien manipuler papier, crayons, stylos, et couleurs, et qu’on préfère éviter autant que possible ordinateurs, tablettes et autres téléphones.

Tout ceci peut sembler bien beau, mais qu’en est-il en réalité? Comme d’habitude, les bonnes résolutions ne tiennent qu’un temps. En septembre-octobre, je respectais encore ces règles d’organisation, mais depuis, la discipline s’est relâchée. Il m’arrive de ne pas m’octroyer de moments pour moi pendant des semaines, de mal m’organiser pour ce qui est de la charge mentale, de me sentir débordée et anxieuse, d’être toujours en retard dans ma recherche. Mais dans l’ensemble, je suis bien mieux organisée qu’en master . Et surtout, les ratés ne me font pas remettre en question toute mon organisation. J’ai pris conscience qu’ils sont inévitables, et qu’il faut les accepter, sans culpabiliser, pour pouvoir s’améliorer. Le plus important, c’est de persévérer, de célébrer chaque petit pas, chaque progrès minuscule, chaque minute de gagnée. De rectifier peu à peu tout ce qui ne va pas. De ne pas chercher à aller plus vite que la tortue de la fable. Et je sais gré à Mathieu Guidère3 d’avoir inclus, dans le planning de la thèse, la “procrastination”, les “hésitations”, les “doutes”, mais aussi la “persévérance dans la rédaction”. Il doit connaître ce beau proverbe tunisien, dont une traduction serait ” la constance troue le marbre”, et qui est lui-même l’exact équivalent du proverbe latin” gutta cavat lapidem”. En somme : soyons zen, soyons goutte, soyons une goutte zen.

  1. Michael Heppell, Comment gagner une heure par jour, Poche Marabout, 2013, ISBN-13 : 978-2501076883 []
  2. ig.hypotheses.org/2003 []
  3. Mathieu Guidère, Guide du jeune chercheur en Lettres, Langues, Sciences humaines et sociales. Maîtrise, DEA, master, doctorat, 2004, Paris, Ellipses, p.7 []

Début de thèse : le temps des MOOC, c’est FUN.

Cette année, je me suis inscrite à de nombreux MOOC (ou FLOT, si on veut employer la forme française). J’avais déjà suivi plusieurs MOOC l’année dernière, juste après mon M2. Certains n’ont rien à voir avec mes recherches ni avec mon métier d’enseignante : je n’en parlerai donc pas ici. La grande majorité est choisie par rapport à ma thèse. Dans ce billet, je vais présenter les cours suivis ou programmés. Par la suite, je consacrerai un billet au compte-rendu de chaque MOOC, en explicitant ma démarche de prise de notes et de synthèse. Un autre billet sera consacré à une critique d’ensemble de l’accessibilité et des fonctionnalités des MOOC.

La plate-forme France Université Numérique propose de très nombreux cours en ligne. J’en ai suivi jusqu’au bout sept en 2018-2019, et ai abandonné en cours de route deux autres, qui ne correspondaient pas exactement à mes besoins. En 2019-2020, je me suis inscrite à sept nouveaux MOOC en rapport avec le doctorat, ainsi qu’à trois autres pour ma culture générale et mes besoins d’enseignante (dont je ne parlerai pas ici).

Ces cours se classent pour moi en deux catégories : ceux qui proposent une initiation à un domaine de recherche, un outil, ou à une période historique nécessaires à ma thèse; et ceux qui sont plus en rapport avec des questions de méthodologie de la recherche.

Les MOOC de la première catégorie sont les suivants :

  • Introduction à l’histoire contemporaine (Université de Paris 2): pour une littéraire sans véritable formation en histoire, c’était un bon début;
  • Introduction à la linguistique de corpus (Université de Grenoble-Alpes). Cette fois, il s’agissait plus de me rafraîchir la mémoire: j’ai en effet pratiqué la linguistique de corpus dans le cadre de ma première tentative de thèse, entre 1997 et 2001 (thèse que j’ai abandonnée pour de multiples raisons. J’y consacrerai un billet ultérieurement).
  • Fondamentaux du droit d’auteur (Université Paris Sud): en tant que chercheuse, mais aussi en tant qu’enseignante, je rencontre régulièrement cette notion, et dois souvent vérifier si mes usages sont conformes au droit d’auteur.
  • Cours de stratégie de l’école de guerre (EPHE)- Cours en deux parties. Lorsqu’on travaille sur une guerre, il vaut mieux se donner des outils théoriques et conceptuels pour la penser. Et dans les reportages, il est souvent question de stratégie de tel ou tel camp.
  • Les mots du pouvoir (Université de Liège). Le pouvoir dont il est le plus souvent question dans les textes de mon corpus est celui des armes, mais pouvoir conceptualiser , enrichir ma compréhension et mon vocabulaire autour de cette notion, me semble très important.

La seconde catégorie comprend des MOOC assez généraux, utiles pour toute recherche, et d’autres plus spécifiquement liés aux humanités numériques:

  • Éthique de la recherche (Université de Lyon)
  • Intégrité scientifique dans les métiers de la recherche (Université de Bordeaux). Ces deux MOOC correspondent à des UE obligatoires dans mon université. Comme je ne serai à Clermont qu’en troisième année de thèse, je ne pourrai les valider qu’à ce moment-là. Les MOOC m’ont permis d’acquérir les notions de base dès la première année de thèse.
  • Whats’up doc. Formation documentaire pour tous (Université Libre de Bruxelles). Une initiation intéressante.
  • Développer sa pensée critique (Université Libre de Bruxelles).
  • Données et algorithmes (Université de Cergy)
  • Analyse des données multidimensionnelles (Agrocampus Ouest)
  • Apprendre à coder avec Python (Université Libre de Bruxelles)
  • Introduction à la statistique avec R (Université Paris Sud). Ces quatre derniers MOOC correspondent à mes besoins spécifiques: il va me falloir faire de la littérométrie et créer une base de données. Or, je n’y connais rien, et prie les dieux de la thèse que mes souvenirs de bac scientifique puissent m’aider à réussir ces MOOC (je viens de commencer, et pour l’instant, c’est dur).

Corpus état zéro.

Présentation pour le goûter doctoral du mardi 3 décembre 2019.

Comme expliqué dans mon premier billet, je travaille sur le reportage littéraire de guerre relatif à la guerre civile espagnole. Mon point de départ est le corpus exupérien, qui se compose de trois séries de textes : le reportage « Espagne ensanglantée », composé de cinq reportages parus en août 1936 dans L’Intransigeant ; le reportage « Madrid » paru dans Paris-Soir en juin-juillet 1937 ; et enfin les quatre articles « La paix ou la guerre ? » parus dans Paris-Soir en octobre 1938. Ces textes sont tous disponibles aussi bien dans l’édition des œuvres complètes de La Pléiade, que sur Gallica. Contrairement au reste de l’œuvre exupérienne, ils sont libres de droits.

Ce premier tout petit corpus doit être élargi. Je voudrais présenter ici d’abord les critères d’élaboration du corpus, ensuite la méthodologie choisie pour le rassembler.

1- Les critères d’élaboration :

Le premier est thématique et chronologique  : je ne m’intéresse qu’aux reportages sur la guerre civile espagnole. De ce fait, mon corpus est limité dans le temps entre juillet 1936 et avril 1939. Ce qui m’intéresse en effet, c’est le texte écrit à chaud et télégraphié à un journal.1

Le second est linguistique : je m’intéresse aux textes des étrangers non-hispanophones. Il m’a au début semblé peu approprié de comparer la perception des faits ou l’accès à l’information d’un journaliste mexicain avec ceux d’un journaliste soviétique ou allemand.  Cependant, il apparaît très vite que ce critère n’est pas pertinent, puisque, parmi les correspondants étrangers, les journaux envoient de préférence les hispanophones, de sorte que le critère devrait être raccourci en « étrangers », qu’ils soient hispanophones ou non. La pertinence de ce critère est en rapport avec les conditions de travail et de logement des journalistes étrangers, les sociabilités associées à leur statut, et leur rapport avec les autorités civiles et militaires, républicaines ou nationalistes.

Le troisième est littéraire : pour qu’un reportage soit intégré à mon corpus, il faut que son auteur soit écrivain, c’est-à-dire qu’il ait publié des ouvrages considérés comme relevant du champ littéraire, indépendamment de son activité de journaliste. Que la postérité l’ait plus ou moins retenu en tant qu’écrivain ne m’importe pas, puisque ce qui compte pour moi, c’est sa réception par les contemporains. Ainsi, Emmanuel Bourciez, un des journalistes envoyés en même temps que Saint Exupéry, fait partie de mon corpus, même si de nos jours, personne ne le connaît ni le lit. Inversement, Bernanos n’est pas dans mon corpus, parce qu’il n’a écrit qu’un roman sur la GCE2. De même, François Mauriac, qui écrit sur la CGE depuis la France, ne fait pas non plus partie de mon corpus, puisque je travaille sur les conditions matérielles de l’écriture du reportage littéraire de guerre, donc sur les texte écrits en Espagne même.

Une fois ces différents critères définis, une difficulté apparaît immédiatement, et elle est, là encore, linguistique : comment travailler sur des textes écrits dans des langues qu’on ne maîtrise pas ? Il y a eu en Espagne des écrivains reporters allemands, suédois, hongrois, soviétiques, etc…Une première solution est de choisir de ne travailler que sur les langues que je connais (soit le français, l’espagnol, l’anglais et l’italien). Par ailleurs, j’ai vu que de nombreux reportages avaient été traduits en espagnol, ce qui pourrait m’aider, à condition de bien préciser la méthodologie de travail utilisée.

Cette interrogation linguistique posée, je me suis rendue compte que je n’avais pas pensé à interroger les journaux de langue arabe, alors même que je pourrais aisément les lire. Je vais donc m’adresser à une collègue historienne, qui a fait sa thèse sur un corpus journalistique pour voir si c’est réalisable, comment, et en combien de temps (dans mon souvenir, son corpus n’était pas numérisé, et elle avait dû attendre plus d’un an l’autorisation d’accès aux archives , hypothèse tout à fait inenvisageable pour moi).

2- La méthodologie de collecte des textes du corpus.

La seconde difficulté, elle, est d’ordre méthodologique : comment trouver ces différents écrivains-reporters ? Je bénéficie pour cela d’une abondante documentation. En effet, la recherche espagnole a recensé les correspondants étrangers, et une exposition leur a été consacrée. Le catalogue de l’exposition donne une liste de 54 noms (voire plus, certains sont à vérifier), et c’est de cette liste que je pars. Néanmoins, elle est incomplète, comme j’ai pu m’en rendre compte en la comparant avec celle des écrivains-reporters de L’Intransigeant établie dans mon mémoire de M23, et celle de l’article de Paul Aron sur les écrivains belges et la GCE4. Elle peut malgré tout, servir de point de départ, et être améliorée en la croisant avec la liste des journaux. 

 Une autre source est la liste des participants au congrès des écrivains de Valence en 1937, événement bien documenté du côté tant français qu’espagnol, où on trouve cependant essentiellement des écrivains, et pas forcément des écrivains-reporters. Pour l’instant, je n’ai pas encore consulté cette liste.Je la complèterai sans doute, pour la France, par l’utilisation de Gallica et de Retronews5.

Pour les autres pays, il me faudra sans doute demander à des chercheuses et chercheurs quels outils ou quelles bases de données recensent les journaux de cette période, et me faire guider pour les explorer. Dans mon labo à Clermont-Ferrand, il y a des anglicistes, des italianisant.e.s, des germanistes et des lusophones. Il me reste donc à chercher les personnes ressources pour les autres langues de mon corpus.

Dernières questions relatives au corpus : quels renseignements collecter sur chaque entrée de mon corpus (journalistes, textes, journaux) et comment les présenter? Je me doute bien qu’il me faudra constituer une base de données mais ne sais absolument pas comment m’y prendre. Pour l’instant, je vais donc me contenter de faire des fiches toutes simples, et je verrai par la suite comment structurer la présentation de l’information des différentes fiches, et créer des liens entre elles. Un modèle dont je pense m’inspirer est celui de Julia Ribeiro Thomaz, que je suis sur Twitter et dont la thèse porte sur les poètes de la Première Guerre Mondiale.6.

Donc, pour l’instant, trois mois après mon inscription, je n’ai aucune idée de la taille de mon corpus, une toute petite idée des sources qui me permettront de trouver les textes le constituant, et une idée encore vague du type d’informations que je dois collecter sur les auteurs de mon corpus, ainsi que sur les journaux dans lesquels sont publiés leurs textes.

  1. Cependant, se pose aussi la question des articles, c’est-à-dire de textes écrits en un peu plus de temps, et pour lesquels il y a un décalage plus important entre la narration et les événements narrés. Pour l’instant, je ne les retiens que si ce décalage ne dépasse pas les limites temporelles de la guerre civile. []
  2. Guerre civile espagnole. Parler de “guerre d’Espagne” est moins précis. []
  3. Qui n’est pas encore en ligne, mais le sera bientôt []
  4. Aron Paul. La Guerre civile en Espagne et les écrivains belges francophones : étapes d’une réception littéraire. In: Revue belge de philologie et d’histoire, tome 65, fasc. 3, 1987. Langues et littératures modernes – Moderne taal- en letterkunde. pp. 581-603. DOI : https://doi.org/10.3406/rbph.1987.3597 www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_1987_num_65_3_3597 []
  5. Je m’y suis abonnée en septembre 2019. []
  6. Merci à elle pour le partage. []

Lieux : Ma thèse au soleil.

Avant de m’inscrire en thèse, jai beaucoup lu de conseils de docteur.e.s. J’ai essayé de me documenter pour la méthodologie, les trucs et astuces, les erreurs à ne pas commettre, etc. Et j’en suis arrivée à la conclusion que de nombreuses recommandations ne me convenaient pas et que je devais avant tout tenir compte de mes conditions particulières de travail, et de mes besoins personnels. Et qu’il fallait oser des pratiques différentes. Je présente dans ce billet une de ces pratiques.

Contrairement à de nombreux doctorant.e.s, je suis totalement incapable d’utiliser l’ordinateur pour mes prises de notes. De manière générale, je préfère le papier et le crayon. De même, je travaille bien mieux dehors que dedans. Donc, soit je m’installe dans les jardins des bibliothèques où je travaille, soit, si le temps s’y prête, je m’offre carrément une journée à la plage. J’y vais avec un livre ou des articles, un crayon, des surligneurs, un stylo, mon carnet de notes et mon pique-nique. Je lis, j’annote mon document, je fais une carte mentale, puis je vais marcher, ou courir, avant de nager un peu (même si l’eau est froide, on se réchauffe très vite au soleil). Et je reprends jusqu’à l’heure du déjeuner, après quoi une petite sieste d’une demi-heure bercée par le bruit des vagues me donne l’énergie nécessaire pour continuer à travailler jusqu’à la fin de l’après-midi.

J’ai découvert les vertus du travail en plein air grâce à un collègue qui ne supporte pas de s’enfermer pour travailler, et habite un petit appartement en bord de mer. Comme il le dit, son bureau, c’est la plage : il y lit, écrit, prépare ses cours, et ne s’installe à l’intérieur que pour travailler sur ordinateur. Je l’ai longtemps considéré avec étonnement, puis j’ai essayé, un jour de grand ras-le-bol …et depuis, j’en redemande! Je me suis même trouvé une excuse pour travailler en bronzant : mon médecin m’a recommandé de m’exposer régulièrement au soleil, histoire de mieux fixer la vitamine D. Maintenant, je n’ai plus besoin de me justifier : je travaille où je veux, comme je veux, sans gêne et sans culpabilité. Et c’est très bien comme ça.

La thèse est un chemin. On y va vers la recherche, mais aussi, et peut-être surtout, vers soi-même.

Petits plaisirs de thèse : goûters et brunchs doctoraux.

Nous sommes une petite bande de copines qui enseignons ensemble depuis plus de dix ans maintenant, et qui toutes, pour des raisons diverses, avons mis notre recherche entre parenthèses pendant longtemps. Depuis deux ans, nous nous y remettons les unes après les autres, et avons donc décidé de nous voir, en dehors du cadre du travail, pour des goûters ou des brunchs doctoraux. La formule est simple. Nous choisissons un endroit agréable, et nous y retrouvons pour boire, manger et discuter de l’avancement respectif de nos travaux. Certaines sont inscrites en thèse, d’autres cherchent encore qui le sujet qui la personne qui dirigera leur recherche. Certaines ont les idées très claires et sont bien avancées pendant que d’autres tâtonnent encore. Mais toutes avons comme point commun de beaucoup douter de nous, de pratiquer régulièrement l’auto-censure et l’auto-dévalorisation, et d’être perfectionnistes. Ces réunions sont donc vitales parce qu’elles nous permettent de soigner ces traits de caractère qui sont de grands ennemis de la réussite d’un projet aussi complexe qu’une thèse. Entourées de bienveillance, les critiques deviennent réellement enrichissantes, et l’image que nous nous renvoyons les unes aux autres est porteuse d’une belle énergie.

Bien sûr, dans les laboratoires de recherche et les écoles doctorales, la pratique de ce type de réunion est courante. Mais ici, ce n’est pas pareil, parce que justement nous ne sommes pas, pour ce qui est de la recherche, dans les mêmes structures, et que nos sujets sont très éloignés les uns des autres. Ce qui nous unit, c’est la relation humaine, profonde et chaleureuse, construite au fur et à mesure, par le travail commun, dans des conditions difficiles. C’est aussi la similitude de nos parcours de femmes dans un système patriarcal, de chercheuses confrontées au harcèlement moral et sexuel de certains de nos enseignants et ex-directeurs de recherche, ainsi qu’à l’incompréhension de l’entourage familial (“Comment, tu n’as pas encore fini ta thèse, depuis toutes ces années? M’enfin, voyons! C’est pourtant pas la mer à boire!”).

Une dernière précision. Si nous retrouvons entre filles, c’est juste parce que nous avons très peu de collègues masculins, et qu’ils ont tous fini leur thèse, donc il n’y a aucun refus de la mixité dans notre démarche.

Et rien que pour ça, la thèse, c’est aussi plein de bonheur.

Cotutelle…double peine?

Ma directrice de thèse m’a, dès le départ, suggéré de m’inscrire en cotutelle, et je dois bien avouer que je n’étais pas particulièrement motivée. Il faut dire que tout le monde m’avait prévenue : la cotutelle internationale ne simplifie pas la vie. Mais alors, à quoi bon?

La cotutelle internationale a les avantages suivants :

  • On obtient un double diplôme, ce qui évite d’avoir à passer par les procédures d’équivalence, si contraignantes et lentes en Tunisie.
  • On appartient à deux institutions, et on peut donc demander des aides financières de l’une et de l’autre. Ce qui est d’autant plus utile que les deux ont des budgets très limités.
  • Dans le cas de ma convention de cotutelle, je règle les frais de scolarité en alternance dans chaque établissement. De sorte que je règle deux années à Clermont, et une à Tunis (où, en tant qu’enseignante, je suis dispensée de frais) : ce qui représente 760 euros d’économie (ou, plus exactement, 760 euros pour payer les billets d’avion) . Par contre, la CVEC est à régler annuellement à Clermont.
  • On a des facilités pour organiser les séjours dans le pays où on ne vit pas.
  • On bénéficie d’un double encadrement, ce qui, pour une thèse pluridisciplinaire, est bien pratique. Dans mon cas, mon directeur tunisien est historien, spécialiste d’histoire militaire, tandis que ma directrice française est littéraire, spécialiste de sociopoétique.
  • On appartient à deux laboratoires différents, ce qui donne une plus grande ouverture d’esprit, oblige à participer à plus de manifestations scientifiques, et permet de connaître beaucoup plus de monde.
  • On a accès aux travaux en cours dans deux pays différents, ce qui enrichit la bibliographie et la recherche. Par contre, cela oblige à travailler encore plus, parce qu’il faut éplucher énormément de ressources documentaires. Et qu’ici, à Tunis, toutes les institutions n’ont pas des catalogues informatisés à jour, et que, dans certains établissements, on en est encore aux boîtes à fiches cartonnées.
  • Enfin, dans mon cas, comme je ne peux que rarement aller à Clermont, parce que je travaille à temps plein, avoir un directeur proche géographiquement et accessible est un grand confort – et un réconfort aussi dans les moments difficiles.

La contrepartie est évidemment à la hauteur :

Il faut s’inscrire dans les deux établissements, soit quatre inscriptions : deux pédagogiques et deux administratives, avec les contraintes spécifiques à chaque établissement. Pour l’instant, si mon inscription est bien validée à Clermont, où j’ai accès à mon ENT, il me reste la convention de cotutelle, qui doit être signée à Tunis par moi-même, mon directeur de recherche, le directeur de l’école doctorale, le doyen de la faculté, et la rectrice de l’université. Actuellement, il me manque les deux dernières signatures. Une fois la convention signée par toutes les parties tunisiennes, elle sera envoyée à Clermont pour signature, par les mêmes parties, et réexpédiée à Tunis. Ce n’est qu’à ce moment-là que mes inscriptions administratives seront enfin terminées. Au rythme où vont les choses, cela va prendre quelques semaines encore. Heureusement, la procédure est très compliquée la première année seulement : après, c’est un simple renouvellement.

D’autre part, et je pense que c’est le plus délicat, mais aussi le plus enrichissant, je dois systématiquement communiquer tout ce que je fais à ma directrice et à mon directeur. De même, je dois rendre mes rapports et comptes-rendus aux deux laboratoires, et adapter mon propos à deux interlocuteurs qui n’ont pas du tout les mêmes centres d’intérêt, les mêmes outils de travail, ni la même méthodologie. Ce qui fait que je suis doublement critiquée. Je l’ai bien vu dès le rapport de thèse, dans lequel ce qui paraissait correct pour ma directrice n’était pas suffisamment clair pour mon directeur. Il était d’ailleurs beaucoup plus critique par rapport à la taille de mon corpus : les historiens ont l’habitude de corpus bien plus étendus que les littéraires, de sorte que sa première question a été : “Mais tu vas pouvoir faire une thèse entière avec un si petit corpus? ” Depuis, il a compris la spécificité de ma démarche.

Dernière précision : dans une cotutelle internationale de thèse, on doit choisir dès le début le lieu de la soutenance. Pour moi, ce sera Clermont.

Présentation

Ceci est mon premier billet de blog sur ce site. J’ai déjà pratiqué le blogging, mais dans un tout autre contexte. Je suis une future doctorante (mon inscription est en cours). Ma thèse a pour titre : Éléments pour une sociopoétique du reportage littéraire de guerre : Saint Exupéry et la guerre civile espagnole. Je vais donc commencer par expliquer mon sujet, et quelques éléments de démarche et de méthodologie.

Je m’intéresse depuis très longtemps à l’oeuvre de Saint Exupéry (Tonio pour les intimes), et plus particulièrement, à la problématique du langage dans ses écrits, et surtout dans ses écrits personnels. En master, j’avais commencé à travailler sur ses écrits journalistiques relatifs à la guerre civile espagnole, et plus précisément sur le reportage de l’été 1936. Tonio résume dans une lettre à sa maîtresse, Nelly de Vogüé, sa méthode de travail : “Je ne sais pas écrire, je ne sais que corriger ” ( Oeuvres complètes , tome 2, La Pléiade, 1999, p.969). Ses éditeurs ne cessent de le harceler pour qu’il leur remette ses textes, et même après les avoir remis, il envoie lettre sur lettre pour demander d’ultimes modifications. Il me paraissait donc curieux qu’un écrivain qui avait autant de mal à finir et à rendre son travail puisse se transformer en journaliste dictant au téléphone chaque soir le texte à paraître dans l’édition du lendemain. Ma préoccupation de départ était plutôt stylistique : y a-t-il une nette différence entre les textes écrits en quelques heures et ceux mûris pendant des années ? Je me doutais bien que non, pour une raison simple : ayant beaucoup lu la correspondance de Tonio (ou du moins la partie qui est accessible au commun des mortels, c’est-à-dire celle publiée par Gallimard), je voyais bien que malgré des variations de registre de langue, la phrase exupérienne travaillée ou plus bâclée, conservait des traits constants. Restait à vérifier cette intuition…sauf que, sur le chemin des reportages, j’ai croisé d’autres questions, tout aussi intéressantes, que je me suis peu à peu écartée de mon interrogation première et que j’ai finalement travaillé sur la représentation de la violence de guerre.

Pour la thèse, je garde le même sujet : les écrits journalistiques de Saint Exupéry sur la guerre civile espagnole, mais j’élargis le corpus, puisque je travaille sur tous ses textes. Il n’y en pas beaucoup, en réalité. Sauf que cette fois, ma perspective est tout autre, puisque je m’interroge sur les traits constitutifs d’un sous-genre littéraire peu étudié : le reportage de guerre littéraire. Je pars donc des textes de Tonio, que je compare à d’autres séries de textes : d’une part les textes journalistiques des autres écrivains étrangers, pour cerner les thèmes et motifs communs, et les éventuelles spécificités des uns et des autres; d’autre part les reportages des journalistes professionnels, qui n’étaient bien entendu pas tous écrivains, pour voir les spécificités des reportages littéraires (car enfin, si les journaux se donnaient la peine d’envoyer des écrivains ET des journalistes, c’est qu’on n’attendait pas du tout la même chose des uns et des autres); enfin, les autres écrits de Tonio, pour tenter de voir comment les contraintes de l’écriture journalistique sur le terrain, en temps de guerre, influençaient son écriture.

Ainsi défini, le corpus est nettement plus volumineux. Et encore, je ne m’intéresse qu’aux écrits des étrangers sur la guerre civile espagnole, pour des raisons de cohérence. Il est en effet très différent d’écrire sur son pays et d’écrire avec un regard et une appartenance extérieurs. Ensuite, les conditions d’écriture des étrangers étaient assez différentes de celles des écrivains espagnols. La barrière de la langue, pour bon nombre d’entre eux, la prise en charge par les autorités, républicaines ou nationalistes, la connaissance plus ou moins limitée de la réalité du pays, leur donnaient une toute autre perception des événements en cours. Or, un élément important de mon travail est l’articulation entre les conditions de production des textes et leur poétique : c’est l’objectif de la sociopoétique, qui se situe à la croisée des chemins entre littérature, poétique, et sociologie.

En somme, je fais une thèse pluridisciplinaire, puisqu’à la sociologie, à la littérature, et à la poétique, il faut également ajouter, contexte oblige, l’histoire. Mais aussi probablement les humanités numériques, puisque je pense utiliser un certain nombre d’outils logiciels pour appréhender ces différents textes. J’ai du pain sur la planche !